DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2017-03-30 - Colloque/Présentation - poster - Français - 1 page(s)

Romoaldo Gilson , Hambye Stéphanie , Tagliatti Vanessa , Colet Jean-Marie , Blankert Bertrand , "Évaluer les états émotionnels : profilage métabonomique et quantification d’un biomarqueur salivaire" in 12ème Congrès de l'Association Francophone des Sciences Séparatives, Paris, France, 2017

  • Codes CREF : Analyse et contrôle pharmaceutique (DI3450), Bases générales de la science et de la culture (DI0100)
  • Unités de recherche UMONS : Métrologie et Sciences du langage (P362), Biologie humaine et Toxicologie (M125), Analyse pharmaceutique (M130)
  • Instituts UMONS : Institut des Sciences et Technologies de la Santé (Santé)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Français) Différents biomarqueurs utilisés pour l’évaluation de l’état émotionnel des individus sont documentés dans la littérature. Dans le cadre de cette étude nous cherchons à objectiver la surcharge cognitive et la fatigue mentale des pilotes d’avion de manière non invasive. Le but est de mieux détecter les situations à risque qui pourraient compromettre le bon déroulement des opérations au cours des différentes étapes du vol. A partir du fluide oral nous envisageons le dosage de biomarqueurs notamment la 3-Méthoxy- 4-HydroxyPhénylGlycol (MHPG), un métabolite de la noradrénaline dont la concentration salivaire est directement proportionnelle à la concentration plasmatique et fluctue en fonction des différents états émotionnels (stress et fatigue notamment)1. De manière récurrente, la détection électrochimique apparaît comme une méthode de choix pour la quantification des catécholamines. En effet, les propriétés électroactives de ces molécules, permettent de les quantifier avec une spécificité et une sensibilité suffisamment importante pour être en adéquation avec la fenêtre des concentrations physiologiques cibles (ng/mL)2. Une étude préliminaire dans une cellule électrochimique de 5 mL par voltammétrie cyclique a permis de définir les conditions expérimentales idéales en termes de potentiel d’oxydation et de pH en vue de la quantification de la MHPG par chronoampérométrie. Ces travaux ont été réalisés dans différents solvants notamment la salive artificielle3. Dans cette première partie nous avons utilisé une cellule classique à trois électrodes (Carbone vitreux comme électrode de travail, Ag/AgCl/KCl 3M comme référence et platine comme auxiliaire). Une nouvelle étape de ce développement consiste à transférer cette méthode vers une séparation chromatographique couplée à un détecteur électrochimique et un spectromètre de masse en vue de l’automatisation de l’analyse d’échantillons biologiques. La deuxième partie de ce travail porte sur l’étude métabonomique du fluide oral par comparaison des spectres RMN 1H de différents échantillons. La salive est prélevée à différents moments d’une épreuve psychométrique visant à augmenter progressivement la charge cognitive et le niveau de fatigue des sujets. Nous tenterons ainsi d’établir des liens entre la fluctuation de la charge cognitive ainsi que de la fatigue avec la variabilité du métabolome salivaire. De plus, cette approche permettra éventuellement de mettre en évidence un métabolite (ou un groupe de métabolites) qui pourrai(en)t représenter un nouveau biomarqueur pertinent dans le cadre des études comportementales visant à mesurer les fluctuations d’états émotionnels. 1 R.-K. Yang et al. In Biol. Psychiatry, vol. 42, no. 9, pp. 821–826, Nov. 1997. 2 W.J. Cubala et al. In Journal of affective disorders 161, pp. 4-7, March 2014. 3 J.-Y. Gal et al. Talanta 53, pp. 1103–1115, March 2001.