DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2016-04-06 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - 2 page(s)

Roland Virginie , Delvaux Véronique , Huet Kathy , Piccaluga Myriam , Haelewyck Marie-Claire , Harmegnies Bernard , "Modification du comportement vocal dans la maladie de Parkinson" in Journées de Neurologie en Langue Française, Nantes, France, 2016

  • Codes CREF : Phonétique (DI5312), Acoustique (DI1264)
  • Unités de recherche UMONS : Métrologie et Sciences du langage (P362)
  • Instituts UMONS : Institut de recherche en sciences et technologies du langage (Langage)

Abstract(s) :

(Français) La parole requiert, pour sa production, la contribution de nombreux articulateurs aux dynamiques étroitement synchronisées. Les altérations du contrôle moteur présentes dans la maladie de Parkinson (MP) peuvent dès lors être responsables de modifications des propriétés physiques des sons de parole. De ce fait, nous nous interrogeons quant à la possibilité d’identifier les difficultés de contrôle du mouvement chez les personnes atteintes de la MP à partir de l’étude de leurs comportements dans la production de glides, phonèmes nécessitant des mouvements continus des articulateurs supralaryngés. Notre positionnement se centre sur le contraste entre des personnes atteintes de la MP et des personnes sans pathologie avec, comme hypothèse, que les personnes atteintes de la MP présentent des modifications dans leur dynamique de mouvement par rapport à des personnes sans pathologie lors de cette production. A cette fin, les sons de parole recueillis auprès de neuf personnes atteintes de la MP et de dix personnes saines sont le résultat d’injonctions de production dans un contexte non-communicationnel, ceci pour assurer le meilleur contrôle possible des spécificités du matériau phonique et concernent les logatomes /aja/, /aju/, /uju/, /awi/ et /awa/. Les analyses acoustiques menées, en combinaison avec le traitement statistique de ces dernières, nous ont permis d’identifier des différences significatives entre les deux groupes, notamment en ce qui concerne le timbre initial et final. En revanche, il apparaît ici qu’un point cible est préservé lors de l’émission des logatomes et que celui-ci est précisément le glide. Nous remarquons donc une économie de mouvement en vue de préserver le phonème central du logatome. Ces signes, infracliniques, sont maintenant à étudier plus spécifiquement, notamment à partir d’autres situations de productions, en situation de communications écologiques (lecture, conversation spontanée, etc.).