DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2017-06-06 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - 1 page(s)

Dubois Laurie-Anna , Van Daele Agnès , "Analyse de l'activité des formateurs et développement des compétences policières par la simulation" in 4ème Colloque international de didactique professionnelle, Lille, France, 2017

  • Codes CREF : Psychologie ergonomique (DI4271), Psychologie du travail (DI4270)
  • Unités de recherche UMONS : Psychologie du travail (P357)
  • Instituts UMONS : Institut des Sciences et du Management des Risques (Risques), Institut de Recherche en Développement Humain et des Organisations (HumanOrg)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Français) Les policiers ont pour principale mission de maintenir l’ordre, d’assurer la sécurité de la population et de lutter contre la délinquance. Leur tâche renvoie à de nombreuses procédures strictes à respecter ainsi qu’à des règles administratives liées à l’application de la Loi. Toutefois, sur le terrain, compte tenu de la variabilité et de la complexité des situations rencontrées, les policiers « transgressent » les règles formelles, individuellement ou collectivement, le plus souvent pour gérer des situations critiques. Comme l’ont bien mis en évidence les travaux de Caroly (2010 ; 2011), différentes formes de réélaboration de règles apparaissent chez les policiers : non application, contournement ou encore réélaboration collective. Les policiers réélaborent les règles dans l’action pour s’adapter aux situations rencontrées et en particulier, pour prévenir l’aggravation des risques encourus. Au sein de collectifs de travail, cette réélaboration de règles permet l’émergence de règles de métier qui contribuent au développement des compétences des policiers et au-delà, à la préservation de leur santé. Partant de ces résultats issus de recherches menées sur le terrain, nous nous sommes intéressées à la formation initiale des policiers en Belgique et plus spécifiquement, à un dispositif de simulation mis en place dans une école de police. Celui-ci repose sur des mises en situation amenant les policiers en fin de formation initiale à réaliser (le plus souvent en binôme) des interventions courantes dans un environnement aménagé. Chaque mise en situation est gérée par un formateur. L’objectif poursuivi renvoie au développement des compétences des aspirants-policiers par un apprentissage expérientiel (notamment par la mise en pratique de règles enseignées de manière théorique) et par la réflexivité sur les pratiques (principalement durant des débriefings). A partir de ce dispositif, nos travaux de recherche portent sur l’analyse de l’activité des participants. Ils visent notamment une meilleure connaissance des effets du dispositif sur l’activité des aspirants-policiers ainsi qu’une mise en discussion de la conception actuelle de cette formation. Une première étude a été réalisée à partir du dispositif tel qu’il existe. Une seconde étude s’est déroulée après modification du dispositif. Cette modification consiste à remplacer dans les mises en situation, un des deux aspirants-policiers des binômes par un mentor. Les mentors sont des policiers expérimentés, chargés en principe d’accompagner les nouvelles recrues lors de leur insertion professionnelle sur le terrain. Cette modification qui s’inscrit dans une perspective d’ergonomie formative, s’explique par l’intérêt de reproduire dans la simulation, l’étayage prévu sur le terrain et de comparer les effets des deux dispositifs. Elle se justifie aussi par le constat souvent mis en avant dans la littérature selon lequel l’Autre (autre aspirant-policier vs mentor) peut, dans certaines conditions, être un vecteur de transformation de sa propre activité (cf. réélaboration collective des règles). La méthode repose sur l’observation à partir d’un enregistrement audio-vidéo, de 46 mises en situations (28 pour l’étude 1 et 18 pour l’étude 2) auxquelles ont participé 89 aspirants-policiers, 11 formateurs et 9 mentors. Les données recueillies sont des traces de l’activité (verbale et non-verbale) des participants. Le traitement de ces données a été réalisé à l’aide des logiciels Observer XT et NVivo. Dans le cadre de la communication proposée, nous nous focaliserons sur une partie des résultats obtenus. Ces résultats issus d’une analyse croisée de l’activité des formateurs, des mentors et des aspirants-policiers permettent d’interroger les conditions (satisfaites ou non dans la situation étudiée) pour apprendre par la simulation. La prise en compte de ces conditions permet de discuter des limites mais aussi du potentiel du dispositif de formation. DUBOISLaurie-AnnaVANDAELEAgnès Courriel du colloque : colloque@didactiqueprofessionnelle.org 3 / 3 Bibliographie Caroly, S. (2010). Activité collective et réélaboration des règles : des enjeux pour la santé au travail (Habilitation à diriger des recherches, Université Victor Segalen, Bordeaux). https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00464801v2 Caroly, S. (2011). Activité collective et réélaboration des règles comme ressources pour la santé psychique : le cas de la police nationale. Le travail humain, 74 (4), 365-389. DOI 10.3917/th.744.0365