DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2017-04-13 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - 18 page(s) (Soumise)

Henry Kevin , "“Oindre la tête d’une pure huile de beurre” — De la critique de la traduction des chengyu, phrasèmes quadrisyllabiques du chinois mandarin" in Congrès mondial de traductologie, Université Paris X Nanterre, France, 2017

  • Codes CREF : Linguistique appliquée (DI5320), Langues et littératures d'Asie du sud et du sud-est, chinois (DI536Q), Linguistique comparée (DI5327), Traduction (DI5326), Enseignement des langues étrangères (DI5328), Linguistique appliquée (DI5323)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Anglais) The difficulty and uniqueness of chengyu, four-syllable fixed phrases with a heavy literary overtone, are well known among Chinese studies scholars. However, investigations towards these units in linguistics and – more pertinently for this conference – translation studies remain scarce. Our contribution, which presents the results of our PhD research, intends to fill the gap by circumscribing the specific translation problems posed by chengyu and putting forth a critical method to better appraise the possible losses and gains that follow the translation of these multifaceted idioms from Chinese into French. At first, we will capture the archetypical characteristics of chengyu and show how these are incompatible with the traditional phraseological categories in Western languages and thus inherently “untranslatable” in a European language such as French. Then, we will introduce our translation criticism method, inspired by Lance Hewson’s, in which we have systematically analysed the units in a corpus of four contemporary Chinese novels. We will show what possible effects translational choices involving chengyu can produce in the dialogical balance and the interpretation paths in target texts and how these “alterations” can be measured through a five-part procedure. Finally, based on the disclosed results, we will formulate hypotheses about the possible influence of chengyu translation on the reception of the corpus novels among the French-speaking readership.

(Français) La difficulté et l’originalité des chengyu, unités phraséologiques du chinois le plus souvent quadrisyllabiques et à forte connotation littéraire, sont bien connues des sinisants ; cependant, les études linguistiques et plus encore traductologiques sur le sujet restent fort rares. Notre communication, qui présente les résultats de nos recherches doctorales, tentera de combler ce manque en cernant plus précisément les problèmes spécifiques suscités par les chengyu et en introduisant une méthode de critique visant à mieux apprécier les pertes et gains éventuels enregistrés lors de la traduction de ces phrasèmes protéiformes du chinois au français. Dans un premier temps, nous listerons rapidement les traits archétypiques des chengyu pour en démontrer l’inadéquation avec les catégories phraséologiques des langues occidentales et donc leur « impossibilité » inhérente d’être traduits dans une langue comme le français. Notre approche de la critique de la traduction des chengyu, fortement inspirée de celle de Lance Hewson et fondée sur l’analyse systématique de ces unités dans un corpus de quatre romans chinois contemporains, sera ensuite présentée. Nous montrerons notamment quels effets éventuels les choix traductifs faisant intervenir les chengyu engendrent dans l’équilibre des « voix » et les chemins interprétatifs des textes cibles et comment ces diffractions peuvent être mesurées efficacement par le biais d’une démarche à cinq étapes. Sur la base des résultats engrangés, nous élaborerons enfin des hypothèses quant à l’influence éventuelle de la traduction des chengyu sur la réception des romans analysés.


Mots-clés :
  • (Anglais) littérature contemporaine chinoise
  • (Anglais) phraséologie
  • (Anglais) critique de la traduction
  • (Anglais) chengyu
  • (Anglais) intraduisible