DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2018-03-05 - Colloque/Présentation - poster - Français - 1 page(s)

Basaglia-Pappas Sandrine, Laurent Bernard, Simoes Loureiro Isabelle , Lefebvre Laurent , "Profils langagier et exécutif dans l'aphasie primaire progressive et la maladie d'Alzheimer." in JEV-Journée d'Etudes du Vieillissement, 5-6 mars 2018, Chambéry, France, 2018

  • Codes CREF : Psychopathologie (DI3513), Neurosciences cognitives (DI4296), Sciences cognitives (DI4290), Psychologie cognitive (DI4211)
  • Unités de recherche UMONS : Psychologie cognitive et Neuropsychologie (P325)
  • Instituts UMONS : Institut de recherche en sciences et technologies du langage (Langage), Institut des Sciences et Technologies de la Santé (Santé)
  • Centres UMONS : Centre de Recherche UMONS-Ambroise Paré (UMHAP), Mind & Health (CREMH)
Texte intégral :

Abstract(s) :

(Anglais) Objectifs. Notre étude vise à proposer un profil des troubles du langage oral mais aussi exécutifs dans les aphasies primaires progressives (APP) et la maladie d’Alzheimer (MA). Méthodologie. 98 patients ont été évalués : 32 MA, 21 non fluents agrammatiques (APNFA), 24 sémantiques (AS) et 21 logopéniques (AL). Ils ont tous réalisé un bilan de langage oral (GREMOTs). 21 patients ont réalisé un bilan exhaustif des fonctions exécutives. 41 participants contrôles ont réalisé toutes les épreuves. Résultats. Les analyses statistiques montrent, pour le langage, des performances significativement abaissées pour les patients par rapport aux contrôles pour toutes les épreuves, hormis pour la répétition de logatomes chez les AS. Pour les fonctions exécutives, les analyses mettent en évidence des scores significativement abaissés par rapport aux contrôles pour la plupart des épreuves. Seuls sont préservées les fonctions suivantes : la mémoire à court terme et de travail auditivo-verbale et visuo-spatiale chez les AS, ainsi que le nombre de productions uniques, et la mémoire à court terme visuo-spatiale chez les AL. Les APNFA sont déficitaires dans toutes les épreuves. Des corrélations existent entre les fluences verbales et graphiques. Discussion. Cette étude précise les troubles du langage oral chez les patients présentant une APP et une MA. Les résultats vont dans le sens des données de la littérature. Elle met en évidence l’existence de troubles inauguraux concernant les fonctions exécutives dans l’APP, qui n’étaient pas décrits dans les critères diagnostiques de Gorno-Tempini et al., 2011, mais conforte le point de vue de Macoir et al., 2017, qui proposent une mise à jour des connaissances de l’APP en fonction de cette sémiologie dysexécutive. Réaliser une évaluation exhaustive de langage mais également des fonctions exécutives serait donc pertinent afin d’adapter au mieux la prise en soins du patient APP.