DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2018-10-23 - Colloque/Présentation - communication orale - Français - 15 page(s)

Dupont Nicolas , Kaufmann Olivier , Baele Jean-Marc , "Structure du front varisque dans le Hainaut- Apport des données minières dans la compréhension des déformations du socle paléozoïque et de sa couverture" in Réunion des Sciences de la Terre, Lille, France, 2018

  • Codes CREF : Sciences de l'ingénieur (DI2000), Prospection minière et pétrolière (DI2321), Géologie (DI1411), Ressources renouvelables et non-renouvelables (DI4383), Sciences de la terre et du cosmos (DI1400), Exploitation des mines et carrières (DI2320)
  • Unités de recherche UMONS : Géologie fondamentale et appliquée (F401)
  • Instituts UMONS : Institut de Recherche en Energétique (Energie)

Abstract(s) :

(Français) Dans le Hainaut, le front varisque se caractérise par la présence d’écailles tectoniques - Ecailles Haine-Sambre-Meuse (HSM) - pincées entre une unité autochtone relativement peu déformée (Parautochtone brabançon) et une unité allochtone fortement plissée (Allochtone ardennais). Le front varisque est recouvert en discordance par une couverture Méso-Cénozoïque d’épaisseur variable. Dans la partie centrale, cette couverture correspond au « Bassin de Mons » dont l’ampleur des enregistrements sédimentaires est le signe d’une subsidence plus importante. La morphologie du Bassin de Mons est celle d’un synforme complexe dont l’origine a été longtemps discutée. La découverte dans le sondage de Saint-Ghislain de niveaux d’évaporites et de brèches au sein des calcaires mississipiens du Parautochtone a conforté l’hypothèse de l'existence d’une karstification profonde. Cette hypothèse permettrait d'expliquer la subsidence et la morphologie complexe du Bassin de Mons mais aussi la présence de nombreux puits d’effondrement dans la région. Au niveau des Ecailles HSM, les fortes épaisseurs rencontrées localement seraient également liée à cette karstification. Cependant, l’étude des failles syn-sédimentaires présentes dans le Bassin de Mons montrerait l’existence d’un régime transtensif dextre durant Crétacé supérieur, qui expliquerait l’essentiel de sa subsidence. L’examen des données minières permet de poser un autre regard sur les déformations du socle paléozoïque dans le Hainaut, à la fois dans le Parautochtone et les Ecailles HSM. En particulier, les nombreux plans d’exploitation des veines de charbon permettent d’analyser la structure du socle paléozoïque avec une grande continuité et sur de vastes zones. Les premiers résultats de ces analyses montrent à quel point les déformations du socle et de la couverture peuvent s’imbriquer, notamment au sein d’une structure transtensive dextre rejouant à plusieurs reprises. La karstification profonde seule ne semble donc pas pouvoir expliquer l’ensemble de ces déformations. Néanmoins, la localisation des puits d’effondrement, principalement situés le long de failles ou de synformes, indiquerait qu’une karstification préférentielle aurait eu lieu suivant des axes privilégiés. Ce contrôle tectonique ainsi que les déformations constatées autour de certains effondrements pourraient être indicateurs du diapirisme local des évaporites mississipiennes dans la région.