DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2018-01-02 - Colloque/Présentation - poster - Français - 1 page(s)

Meriaux Mathilde , Denis Jennifer , Hendrick Stéphan , "Accueillir le patient en crise aux urgences psychiatriques: étude du vécu subjectif" in Congrès de l'Encéphale, Paris, France, 2018

  • Codes CREF : Psychopathologie (DI3513), Psychiatrie (DI3521), Psychologie clinique (DI3524)
  • Unités de recherche UMONS : Psychologie clinique systémique et psychodynamique (P351)
  • Instituts UMONS : Institut des Sciences et Technologies de la Santé (Santé)
  • Centres UMONS : Mind & Health (CREMH)

Abstract(s) :

(Français) Introduction : L’objectif de cette étude vise à investiguer le vécu subjectif des patients à l’accueil d’un service de crise et d’urgences psychiatriques et ce, dans un contexte où l’état d’urgence, psychique et psychiatrique, représente souvent une porte d’entrée dans le système de soins et l’accueil, une étape indispensable à la mise en place d’un soin de qualité. Méthode : Pour ce faire, nous avons procédé à une démarche de recherche qualitative en interrogeant douze patients. Des entretiens semi-structurés ont été réalisés et soumis à une analyse thématique, selon la méthode de Braun et Clarke (2006). Résultats : Treize thèmes répartis au travers de quatre axes thématiques sont apparus : (1) l’expérience de la salle d’attente, (2) la priorité des relations humaines, (3) l’expérience des entretiens, (4) les représentations des services d’urgences. D’après nos résultats, le contexte de la salle d’attente contribue à une expérience négative de l’accueil aux urgences psychiatriques. La mauvaise circularité de l’information augmente le niveau d’angoisse et de stress chez les patients. Les résultats de notre étude permettent également de relever les qualités relationnelles salutaires des soignants attendues par les patients. Conclusion : L’enjeu d’une communication de qualité accompagnée par une écoute focalisée et soutenue contribue à garder le patient calme et ainsi, éviter les débordements émotionnels et comportementaux dans le temps de l’attente et au-delà, c’est-à-dire, lorsque le patient quitte le service de crise et d’urgences psychiatriques. Dans le but d’assurer une meilleure qualité et continuité des soins, nous suggérons à l’issue de notre recherche, une série de recommandations à l’égard des intervenants de la crise afin de leur permettre d’améliorer l’accueil de l’état d’urgence psychique et psychiatrique des patients en crise.