DI-UMONS : Dépôt institutionnel de l’université de Mons

Recherche transversale
Rechercher
(titres de publication, de périodique et noms de colloque inclus)
2017-02-23 - Vulgarisation/Autres media - Français - 66 page(s)

Dupont Nicolas , "Le Bois de Colfontaine. Son patrimoine géologique et archéologique.", Conférence, Saint-Ghislain

  • Codes CREF : Géologie (DI1411), Géographie physique (DI1420), Sciences de la terre et du cosmos (DI1400), Archéologie et techniques des fouilles (DI5121), Aménagement du territoire (DI1473), Histoire (DI5100), Exploitation des mines et carrières (DI2320)
  • Unités de recherche UMONS : Géologie fondamentale et appliquée (F401)
  • Instituts UMONS : Institut des Sciences et du Management des Risques (Risques), Institut de Recherche en Energétique (Energie)

Abstract(s) :

(Français) Le Bois de Colfontaine, « poumon vert du Borinage », est surtout connu pour ses belles allées ouvertes au promeneur et ses bâtiments emblématiques tels que la « Belle Maison », la « Tour du Lait Buré » et le Pavillon des chasseurs. Au-delà des sentiers battus, l’observateur attentif peut découvrir d’anciens vestiges d’industries extractives, parfois forts anciens : exploitations de charbon, carrières de grès, de « poudingue houiller », de calcaire et de « psammite ». Autrefois, ces exploitations ont permis aux géologues de mettre en évidence l’affleurement de la limite sud du Bassin houiller dans la région, la « Faille du Midi ». Récemment, l’imagerie satellitaire LIDAR du Service public de Wallonie a permis de reconnaitre dans le Bois de Colfontaine des vestiges difficilement décelables au travers de la végétation. En particulier, les traces de plus d’une centaine d’orifices de puits ont été relevés et plusieurs veines de charbon exploitées à ciel ouvert peuvent être suivies au travers des zones boisées. De plus, d’autres vestiges tels que d’anciens chemins, d’anciens barrages le long des ruisseaux, et un mur d’enceinte autour du site de la « Cave du R’mite » apparaissent clairement sur ces images.